La musique a toujous été un élément important dans la vie de Clint Eastwood. D'ailleurs, dès qu'il connût le succès auprès du public il ne tarda pas à pousser la chansonnette comme dans "La kermesse de l'Ouest" en 1969, ou il interprète plusieurs chansons aux côtés de Lee Marvin. il fera de même dans la comédie "Doux dur et dingue" en 1978, ou il chantera "Every which way but loose". Il fera de même dans la suite du film "Ca va cogner" en 1980. Deux ans plus tard, il réalise et interprète "Honkytonk man". Là encore, Clint interprète la chanson principale du film. En 1985, il compose le thème principal de "Pale rider". En 1987, sa passion pour la musique le pousse à réalise rune biographie sur le jazzman Charlie Parker intitulé "Bird".

Le 17 novembre 1996, au Carnegie Hall de New-York, vétérans et jeunes loups lui ont fait la fête en interprétant les grands thèmes de ses films. Lui-même à mit la main à la patte. Cette soiré mémorable "Eastwood-After hours" est paru chez Malpaso/warnerBros en 1997.

Clint a également participé à la bande originale de ses films "Les pleins pouvoirs" et "Minuit dans le jardin du bien et du mal" dans laquelle il joue un morceau au piano.

Forest Withaker et Clint Eastwood

"J'ai toujours pensé que la musique était l'un des éléments les plus imprtants de ma vie. Ou d'un long métrage. La musique ne doit pas être délaissée au profit des dialogues. Comme le scénario, les acteurs ou le réalisateur, la musique contribue au succè du film. La bande originale peut réhausser la qualité d'un long métrage ou le détruire totalement.

Pour "Bird", le challenge était de transmettre la magie de l'univers musical de Charlie Parker en se servant de la technologie qui n'était pas disponible de son vivant. Pour "Honkytonk man", un film sur les anées de dépression économique, nous avons utilisé le Bob Willis Orchestra. Dans "Bronco Billy", il y avait une ambiance country qui donnait une certaine saveur à l'histoire. Tous ces longs métrages étaient très différents, mais dans chacun de ces cas, la musique devait coller parfaitement aux scènes. C'est un processus qui demande beaucoup de concentration.

Parfois, la musique peut être à l'opposé de l'époque du film. C'est le cas de "Sur la route de Madison". L'histoire se passe dans l'Amérique moyenne rurale, mais la musique country ne s'impose pas. Le personnage de Meryl Streep écoute parfois de l'opéra, parfois du blues. La musique est justement l'un de ses points communs avec Kincaid, mon personnage. C'est l'une des choses qui les rapproche."

CLINT EASTWOOD